La planète pirate ★★★

La planète pirate ★★★

Quel Film Voir?
 

'L'écrivain vénéré Douglas Adams adopte la nouvelle approche comique de la série avec un esprit boucanier'





Saison 16 – Histoire 99



'Ce doit être l'un des plus grands exploits d'ingénierie de tous les temps : une planète creuse qui saute dans l'espace' - M. Fibuli

Scénario
Cherchant le deuxième segment de la Clé du Temps sur Calufrax, le Docteur, Romana et K•9 atterrissent à la place sur Zanak. Celui-ci, découvrent-ils, n'est qu'un obus propulsé par des moteurs qui lui permettent de se matérialiser autour d'autres planètes - dont Calufrax - afin d'en extraire les richesses minérales. Derrière le pillage pirate se cache le Capitaine cyborg, qui à chaque conquête annonce une nouvelle ère de prospérité à ses sujets dupés. Les voyageurs du temps, aidés par des télépathes itinérants appelés Mentiades, parviennent à monter à bord du Pont, d'où le Capitaine complote pour conquérir la Terre...

Premières transmissions
Partie 1 - Samedi 30 septembre 1978
Partie 2 - Samedi 7 octobre 1978
Partie 3 - Samedi 14 octobre 1978
Partie 4 - Samedi 21 octobre 1978



Production
Tournage en extérieur : mai 1978 à Coity Mountain ; terrain de golf de Monmouthshire, Llanfoist ; Tunnel ferroviaire désaffecté de Daren-felen ; Bwlch y Garn, Ebbw Vale; et Big Pit, Blaenavon - tous à Gwent. Grotte de la cathédrale, Dan-yr-Ogof à Powys. Centrale électrique de Berkeley, Gloucestershire
Enregistrement en studio : mai/juin 1978 au TC6

Jeter
Docteur Who - Tom Baker
Romana-Mary Tamm
Voix de K•9 - John Leeson
Le Capitaine - Bruce Purchase
Monsieur Fibuli - Andrew Robertson
Kimus - David Warwick
Balaton - Ralph Michael
De - Primi Townsend
Pralix - David Sibley
Infirmière - Rosalind Lloyd
Citoyen - Clive Bennett
Garde - Adam Kurakin
Mentiade - Bernard Finch

Équipage
Scénariste - Douglas Adams
Musique de scène - Dudley Simpson
Concepteur - John Pusey
Éditeur de scénario - Anthony Read
Producteur - Graham Williams
Réalisateur - Pennant Roberts



comment installer disney plus sur tv samsung avant 2016

Revue RT par Mark Braxton
Tous à bord du TARDIS, mes cœurs ! Le premier scénario de Doctor Who de l'écrivain vénéré Douglas Adams adopte la nouvelle approche comique de la série avec une vivacité boucanière.

Le titre vous dit tout ce que vous pouvez attendre de ce quatre parties pétillant - des chasseurs de fortune sans scrupules, des bijoux éparpillés, un capitaine défiguré, un 'perroquet', même une promenade sur la planche - mais avec son mobilier de science-fiction ludique, il devient un coffre au trésor étincelant.

côte d'azur saison 3

Il y a eu d'autres tentatives pour marier le piratage à la science-fiction, à la fois dans et hors du domaine du Docteur, mais aucune n'est un patch sur celui-ci. Hum.

Plus tôt la même année, Adams avait montré ses lettres de noblesse avec la première série radiophonique Le guide des auto-stoppeurs de la galaxie, et il apporte une grande partie du même humour biaisé et surréaliste et du génie conceptuel à la saga Key to Time. À bien des égards, il était un match parfait pour Whoniverse moins effrayant et plus léger de Graham Williams.

Mais il y avait un inconvénient - et pas celui dont Adams peut être blâmé. Il semblait vivre selon la devise « Pensez grand ». Une planète avalant le monde, de la matière super-compressée, des couloirs anti-inertie, des émetteurs d'interférences psychiques… tout cela est vaste et merveilleux. Mais en termes de télévision, il faudrait encore 27 ans avant que l'émission n'ait le budget pour faire face à de telles vanités époustouflantes.

Cependant, l'éthique de l'univers sur mesure est admirablement respectée. Le travail acharné des équipes de FX et d'accessoires, le tournage astucieux et le jeu enthousiaste donnent foi aux effusions fantastiques d'Adams et garantissent que l'aventure n'est jamais moins qu'une montre déchirante. Le mieux est d'ignorer les voitures aériennes converties en hors-bord et les séquences de vol en corde.

Malgré sa lèvre fendue - causée par un chien en colère mais expliquée en termes d'histoire par une chute contre la console Tardis - Tom Baker est sur une forme imparable et cape et d'épée, pataugeant dans le 'bafflegab' et affrontant les malfaiteurs avec une joie pleine de dents.

La relation du Docteur avec l'arriviste Time Lady Romana fait un petit voyage agréable dans cette histoire, du dédain initial ('La beauté ne remplace pas un personnage sonore') à l'acceptation chaleureuse ('Allez, Romana, nous avons un travail faire').

De son côté, Mary Tamm se porte bien. Aussi chic et suffisante que Romana puisse être, Tamm se lance dans la mêlée avec commande et froideur, réussissant à emporter facilement un combo chemise rose et moulant blanc tout en faisant des plaisanteries effervescentes avec Baker.

K•9 est toujours le 'meilleur ami' du Docteur, et The Pirate Planet est une sortie mouvementée pour l'inspecteur gadget. J'adore le moment où il offre à son maître la carcasse zappée de l'Avatron Polyphase comme un chien de chasse rendrait un faisan abattu.

Parmi les invités, Bruce Purchase (un croisement entre Gan de Blake's 7 et Tommy Cooper) y va du marteau et de la pince en tant qu'échec de la gestion de la colère du capitaine. Son jumelage avec le Fibuli doux et Smee-ish d'Andrew Robertson est délicieux - trop mûr, peut-être, mais parfaitement en accord avec le ton général.

Bruce Purchase, Andrew Robertson, Mary Tamm et Tom Baker. Photographié par Don Smith au BBC TV Center en 1978. Copyright Archive

ou regarde le sexe et la ville

Certaines questions se posent en regardant l'histoire. Pourquoi les habitants de Zanak ne se demandent-ils jamais pourquoi leurs mines continuent de se reconstituer ou pourquoi leur ciel nocturne change périodiquement ? Et est-ce que la phrase « Je ne peux pas oublier les Mentiades » a été écrite spécifiquement pour Pseuds Corner ?

Néanmoins, je le vois comme un vif succès. Adams n'a écrit que trois histoires pour Doctor Who - dont l'infortuné Shada - mais pendant un bref passage au crépuscule des années 1970, ce roi des concepts a tiré des jets de couleur et des étincelles avec son stylo en forme de baguette. Il est décédé en 2001, à seulement 49 ans, et sa perte est toujours vivement ressentie. Pensez à la magie que The Mill évoquerait avec son imagination gargantuesque aujourd'hui…

- - -

Archives des temps radio

[Disponible sur le DVD de la BBC]